Tag Archives: CP Orléans-Saran

Centre pénitentiaire d’Orléans

Passe-Muraille #20 – juillet 2017

Émission du 24 juillet 2017

« Dans ces prisons dites modernes, chaque déplacement d’un détenu est accompagné par plusieurs surveillants. Minimum trois, voire cinq surveillants et plus, pour aller en promenade, au sport, à l’infirmerie, au parloir, etc. Toutes les portes nous sont fermées manuellement et électroniquement. Les escortes sont permanentes, l’oppression est constante. Nous sommes aussi des personnes, des humains : l’oppression, la frustration, la stigmatisation mises en place par la pénitentiaire, la sursécurité font que certains craquent parfois, et les rares fois où des violences sont commises sur le personnel, elles sont surmédiatisées par les syndicats FO et CGT pénitentiaire, nous faisant passer pour des gens dangereux, violents et mauvais aux yeux de la société. Mais nous, détenus, nous ne pouvons pas répondre face à ces accusations honteuses, voire certaines fois calomnieuses. »

(Romain Leroy, lire la lettre en totalité)

 

Partie 1

Partie 2

Partie 3

 

Au sommaire :

Nadia, auteure de A ceux qui se croient libres, était notre invitée.

  • Appel de Luc à propos du verdict à l’encontre de Romain pour l’appel du procès concernant la mutinerie au QMC de Valence et sur la nécessaire solidarité avec les prisonniers mutins.
  • Appel d’Adeline, qui nous lit la lettre de son compagnon Romain et nous donne des nouvelles de Condé-sur-Sarthe, et aussi un appel de Lydia qui nous parle de ce que son fils Julien a vécu à Châteauroux et de ce qu’il vit à Saran. Ensemble, elles nous parlent de leur initiative de création d’un « collectif de soutien aux détenus de France » (contact : 0611616231 et sur Facebook)
  • Appel de Sylvia, à propos de la thématique femmes face à la prison, qui nous parle de son parcours en tant que fille d’un ancien prisonnier, ancienne prisonnière et compagne d’un prisonnier.
  • On voulait donner davantage de nouvelles de Fabrice et vous faire écouter la conférence de presse organisée par L’Envolée pour dénoncer sa mise à mort mais on a été pris par le temps. Vous pouvez retrouver la vidéo ici.

Christine Ribailly, bergère face à la pénitentiaire

Montage diffusé dans l’émission du 23 novembre 2015.

« Plein de choses me rebutent dans l’enfermement, et en premier, bien sûr, la privation de liberté pour nous et la souffrance infligée à nos proches. »

C’était déjà des surveillants pénitentiaires qui lui avaient mis les menottes la première fois, s’en était suivi un enferment en maison d’arrêt puis en UHSA (HP pénitentiaire). Suite à un énième conflit avec les surveillants en se rendant pour une visite au parloir de Corbas, Christine Ribailly est de nouveau incarcérée, depuis novembre 2012. Elle résiste autant qu’elle peut contre l’autoritarisme, les humiliations… en plus des violences, des pressions, des privations, des transferts à répétition toujours plus loin de ses proches, de l’isolement et du mitard presque en permanence, les surveillants ne ratent pas une occasion de porter plainte contre elle, ce qui rallonge sans cesse sa peine.

Le montage qui suit retrace son parcours. On y entend à la fois une lecture de la lettre que Christine a fait parvenir au journal l’Envolée en juillet – août 2015 depuis les maisons d’arrêt de Metz et d’Orléans et un extrait d’entretien avec Christine elle-même réalisé par l’émission MégaCombi en 2012, avant qu’elle soit de nouveau incarcérée.

 

Écoutez le compte-rendu de son procès du 17 novembre 2015 au tribunal d’Évry, relaté par son avocat et des amis à elle.

Retrouvez de ses nouvelles, lisez les lettres qu’elle écrit sur le blog Enfin pisser dans l’herbe. Également d’autres lettres (2013-2014) à écouter.